Lundi 29 mai 2023 à 15h, nous vous donnons rendez-vous sur la tombe de l’écrivain, philosophe et militante lesbienne Monique Wittig, avec Rachele Borghi, pour pratiquer des rituels littéraires.

On se retrouve à 15h à l’entrée Gambetta du cimetière du Père Lachaise, puis nous irons toustes ensemble jusqu’à la tombe. Événement gratuit, participation libre et ouverte à toustes. Sentez-vous les très bienvenu-es !  Les porteuses de fables disent que les amantes du peuple des amantes pratiquaient collectivement la bibliomancie (divination par la lecture d’un texte au hasard) et la stoichiomancie (divination par l’ouverture au hasard d’un livre). Elles disent que dans le temps du chaos, interroger les textes des sorcières nourrit la résistance et favorise la multiplication de coalitions des O. Elles disent que la réflexion se pratique collectivement pour favoriser la création et le partage de pratiques de résistance. Elles disent que la lecture collective leur rappelle qu’elles savent ce qu’ensemble signifient. Elles disent qu’ainsi faisant, elles se souviennent qu’elles sont fortes, qu’elles ne reculent pas, que l’Age de la gloire arrivera… Rachele Borghi est féministe queer, membre du collectif Brigade SCRUM (Sorcières pour un Changement Radicale de l’Université Merdique). Fan de Monique Wittig et bell hooks, elle pense qu’on nait Guérillères ou on le devient. Accessibilité : Il n’y a pas d’interprétariat LSF prévu. La tombe de Monique Wittig n’est pas accessible pour les personnes à mobilité réduite.

Photographie d’Emma Dos Santos. Graphisme de Caroline Dejoie.


“Comment tu t’appelles et d’où tu nous appelles ?” Retour sur un rituel de tendresse radicale.

Par Caroline Dejoie

Il y a un an, Mathilde Leïchlé et Isaline Dupond Jacquemart avaient pris un café avec Rachele Borghi. Elle avait parlé de bibliomancie et de Monique Wittig. Au Labo, on avait des idées d’expos et de teufs plein nos agendas, il pleuvait, on s’était mis·es d’accord pour en reparler plus tard.

2023 marque les vingt ans de la disparition de Monique Wittig et les cinquante ans de la parution de son ouvrage Le corps lesbien. Suzette Robichon, avec l’Association des Ami·es de Monique Wittig, a lancé un appel #wittig2023 pour faire de cette année une célébration de l’œuvre, la vie et l’engagement de l’écrivain et théoricienne lesbienne. On profite de l’occasion pour rappeler Rachele Borghi et organiser avec elle, au cimetière du Père Lachaise, une séance de divination autour du Brouillon pour un dictionnaire des amantes (1976) et des Guérillères (1969).

Nous sommes une trentaine à nous retrouver sur la tombe de Monique Wittig ce jour-là.

On s’installe. La sécurité du cimetière (prévenue) veille au grain : on a pas le droit de s’asseoir sur les tombes, on a pas le droit de faire une représentation artistique, ça doit être une commémoration. Caroline Dejoie présente le Laboratoire et Rachele Borghi, raconte leur rencontre. Rachele est membre de la brigade SCRUM – Sorcières pour un Changement Radical de l’Université Merdique – elle en revêt le tee-shirt brodé par son amie, offert un peu plus tôt. Un enregistreur et les livres de Wittig amenés pour l’occasion sont posés sur la pierre tombale. Suzette rappelle qu’il faut penser à arroser les fleurs et passer un coup de balais quand on passe dans le coin.

Si elle cherche souvent des réponses dans les livres de Wittig, c’est la toute première fois que Rachele performe une bibliomancie sur sa tombe. Elle dit que c’est un rêve sur le point de se réaliser, elle est émue et nous avec elle. On sent que quelque chose de précieux est sur le point d’advenir entre nous toustes.

Sur la pierre tombale, Rachele pose le Brouillon, Les Guerillères et le tarot de sa mère. Elle met un foulard fuchsia et du rouge à lèvre rouge. Les amantes se rassemblent autour d’elle. Une petite fille sera la co-sorcière pendant le rituel de bibliomancie. On décroise les jambes les bras les doigts les visages, c’est important. Si on les croise avec ceux de quelqu’une d’autre, ça va. Il y a beaucoup de vent et de soleil, parfois des notes volantes s’échappent d’un des livres et on les rattrape au vol. Rachele annonce le protocole : on touche la tombe, on dit comment on s’appelle et d’où est-ce qu’on appelle, on pose sa question. La petite fille doit dire si on ouvre le livre devant ou derrière, Rachele fait tourner les pages en fonction. Alors on dit stop, et Rachele lit la réponse. En général elle dit “C’EST TRES CLAIR !” et on rit parce qu’en vérité on a besoin qu’elle développe pour faire le rapprochement.

Les questions se suivent et ne se ressemblent pas. Certaines sont très intimes, d’autres très politiques, toutes sont légitimes. On demande à Wittig comment gérer les conflits au sein d’un collectif ? comment faire son coming out à sa mère ? comment parler plus fort ? doit-on rester ou partir de Paris ? est-ce que, finalement, ça ira bien ? Suzette Robichon, dont la présence nous honore et nous ravit, parle de son “Voyage sans fin” avec celle qu’elle et d’autres appelaient Théo, elle lui demande ce qu’elle pense de cette année Wittig, de ces événements, ces célébrations, cette communauté wittigienne que Suzette travaille à faire exister : est-ce que ça lui va ? Avec émotion, on écoute Rachele tirer les réponses dans le Brouillon : “Communauté”, “Serpente”, “Lesbos”, “Histoires”… En plus de la réponse de Wittig, Rachele demande son avis à sa propre mère, via la lecture de son tarot. Elle tisse les mots et les symboles entre eux. Chacun·e repart avec une réponse, les sourires des amantes présentes, et une accolade de Rachele.

Finalement, quand il n’y a plus de questions, un vent de contentement traverse les arbres environnants. Caroline Dejoie promet de monter un petit objet sonore, talisman-archive du rituel que nous venons de construire toustes ensemble. Elle promet également de transmettre l’enregistrement de la réponse à sa question à chaque personne souhaitant la réécouter et la préserver. Elle promet à nouveau, en écrivant ces lignes, mais s’y consacrera probablement au cours de l’été. Stay tuned… Rachele Borghi enjoint toutes les amantes à pratiquer la bibliomancie et la stoichiomancie à leur manière, en DIY, seules ou en communauté. Elle peut aussi réaliser des lectures divinatoires à distance. Vous pouvez lui écrire vos questions à rachele.bor@gmail.com.

Merci Rachele Borghi pour ce beau moment de tendresse radicale. Merci Suzette Robichon de rendre possible la transmission. Merci aux personnes venues écouter et/ou poser des questions1. Merci le vent. Merci Monique Wittig.



Citer ce billet
Laboratoire Corps genre arts (2023, 24 mai). “Sortes wittigiens” avec Rachele Borghi (en corps) et Monique Wittig (en esprit). Laboratoire Corps, genre, arts. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://cga.hypotheses.org/2007

  1. Si vous avez posé une question et aimeriez réentendre la réponse prononcée par Rachele, écrivez-nous à corpsgenrearts@gmail.com pour qu’on vous transmette l’extrait sonore. Etant donné l’aspect intime du rituel, l’archive-talisman sonore ne comportera pas les questions ni les réponses en entier. []

Rejoindre la conversation

2 commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search